Indre : Des agriculteurs obtiennent la propriété d’un terrain aux dépens d’évangélistes Tziganes

Une caravane sur un terrain

 

A l’issue d’un mois de protestations et de farouches négociations, des agriculteurs de l’Indre ont obtenu la propriété d’un terrain aux dépens d’une communauté évangélique de Tziganes. Celle-ci avait l’intention d’acheter cette terre au lieu de la louer chaque année dans le cadre de sa convention mondiale.

Des agriculteurs de l’Indre ont fini par remporter leur bras de fer contre une communauté évangélique tzigane, du nom de Vie et Lumière. Cette association avait émis le souhait d’acheter un terrain qu’elle louait chaque année, dans le cadre de sa convention mondiale. Pas question, ont répondu les agriculteurs et quelques habitants de Brenne qui tiennent à ces terres de 260 hectares, situées entre les communes de Ruffec, Belâbre et le Blanc.

Un rassemblement de 30.000 personnes et de 6.000 caravanes

Le projet d’achat a germé dans la tête de l’association Vie et Lumière en mars 2019. L’idée est venue des autorités, qui voulaient aider cette communauté à faire des économies d’argent et d’énergie. En effet la mission évangélique investit ce terrain, depuis une soixantaine d’années, pour organiser sa convention mondiale en été. Le rassemblement attire jusqu’à 30.000 personnes et 6.000 caravanes sur des terrains prêtés par l’État pour deux semaines de prières et de communions. Devant l’affluence croissante de pèlerins, il a été conseillé à l’association de faire l’acquisition permanente de ce site.

Le projet consomme du terrain sans apporter du développement

Le souci est que ce terrain est utilisé par des exploitants agricoles, tout au long de l’année. Déjà qu’ils voyaient d’un mauvais œil la tenue annuelle de la convention de l’association Vie et Lumière, ils n’étaient pas question pour eux qu’elle prenne en plus des terres, rares dans cette région. « Notre rôle, c’est de s’opposer aux projets qui consomment du terrain agricole sans apporter de développement en même temps », se justifie Robert Chaze, président de la Chambre d’agriculture de l’Indre. Les agriculteurs, riverains et élus hostiles au projet se défendent de la moindre hostilité envers l’association tzigane. « Est-ce qu’on a pensé aux conséquences que pouvait avoir le fait d’accueillir 30 000 personnes sur ce terrain ? » s’interroge un élu local.

Le propriétaire du terrain se frotte les mains

Tous les opposants se sont alors coalisés pour faire une contre-proposition au propriétaire danois du terrain, Jens Denisen. L’investisseur a accordé quinze jours aux agriculteurs pour déposer sur sa table une l’offre de 1,7 million d’euros pour l’acquisition de la totalité du terrain. « On n’a pas perdu de temps, d’autant qu’il fallait monter un projet agricole viable », fait savoir Robert Chaze. C’est Jens Denisen qui se frotte les mains !

Vie et Lumière préfère se retirer

Face à autant de résistance, l’association Vie et Lumière a abandonné son projet d’achat. « Nous sommes des chrétiens évangéliques et nous ne voulons pas nous imposer de force sur un département qui nous refuse », a expliqué un responsable de cette communauté tzigane. Voilà donc le bras de fer terminé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.