Vergèze : Un taureau s’échappe d’une corrida et encorne plusieurs personnes

Une scène de corrida avec le torrero et le taureau

 

Ce dimanche, un taureau qui s’est échappé d’une corrida organisée à Vergèze, dans le Gard, a encorné plusieurs spectateurs avant d’être abattu par des gendarmes. Au total six (6) personnes ont été blessées, dont un gendarme.

Ce dimanche un taureau est parvenu à s’échapper d’une corrida organisée à Vergèze, dans le Gard. Lors de cette escapade, qui lui a été fatal, il a blessé six (6) personnes, dont deux gendarmes qui ont tiré à plusieurs reprises pour l’abattre. L’animal forcené a pris la fuite lors d’un transbordement, a expliqué à l’AFP le colonel de gendarmerie Laurent Haas. Selon le gendarme, « Il a ensuite traversé une tente de restauration où étaient installés plusieurs centaines de personnes », sans faire de victimes, miraculeusement.

L’animal exécute des « volteretas »

Le gendarme poursuit son récit en expliquant qu’à la sortie de l’enclos, le spécimen de Blohorn s’est mis à encorner des chevaux attachés aux platanes qui bordent les arènes. Ayant évalué le danger que représentait ce taureau furieux, les gendarmes « ont dû faire usage de leur arme pour le neutraliser » et protéger notamment la propriétaire d’un cheval, à la merci de l’animal. « Il a fallu tirer à plusieurs reprises pour l’abattre et éviter un carnage au milieu de la foule », a précisé le colonel de gendarmerie Laurent Haas. Les gendarmes ont jugé nécessaire d’abattre le taureau d’autant plus qu’eux-mêmes ont été visés et certains violemment « projetés à plusieurs reprises » en l’air. Selon l’agence Reuters, ils ont dû tirer à une vingtaine de reprises pour neutraliser ce robuste bovin espagnol.

Deux gendarmes hospitalisés

Trois blessés légers sont à déplorer dont une femme qui aurait été touchée par des éclats d’une balle tirée par un des gendarmes, venus en nombre pour contenir la foule en panique. Deux gendarmes qui ont été plus grièvement atteints. L’un fut encorné et souffre d’une plaie d’une trentaine de centimètres à la cuisse, selon le colonel de gendarmerie. Tous les deux ont été hospitalisés. Les autres victimes ont été évacués sur Lunel et le centre Caremeau de Nîmes.

Une enquête ouverte

Le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel a annoncé avoir ouvert deux enquêtes. L’une « pour blessures involontaires contre X » sur les causes de la fuite du taureau, l’autre sur « l’usage des armes ». En outre, la nature des plaies de certains blessés doit être déterminée pour savoir s’ils ont été atteints par le taureau, par des éclats de balle ou s’ils se sont blessés dans la panique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.