Accord politique de gouvernance : ADP-Maliba a choisi le camp du Mali

ADP-Maliba a signé, fin décembre, l’accord politique de gouvernance, qui scelle son engagement dans la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue national inclusif (DNI). Ce faisant, le parti d’Aliou Diallo choisit de contribuer à la résolution de la crise au Mali, plutôt que de camper sur ses positions égoïstes.

« Nous sommes une opposition républicaine, une opposition constructive »

Alors que la majeure partie de l’opposition politique a boudé le dialogue national inclusif (DNI), organisé du 14 au 22 décembre 2019, ADP-Maliba a tenu à y participer. Car pour le parti d’Aliou Diallo, « L’opposition, c’est aussi une diversité (…) ». D’ailleurs chacun a sa conception du terme « opposition ». Si certains perçoivent le terme comme synonyme d’« antagonisme en tout », d’autres estiment qu’il renvoie à de « simples différences de points de vue ». ADP-Maliba est de ces derniers. « Nous sommes une opposition républicaine, c’est-à-dire une opposition constructive. Et comme nous sommes dans un Dialogue national inclusif, nous n’avons pas voulu être à la marge. Nous sommes venus dire ce que nous pensons de tous les défis auxquels notre pays fait face aujourd’hui », avait expliqué le représentant et secrétaire politique d’ADP-Maliba, Baba Boubacar Keïta.

Le DNI jette les bases d’une nouvelle ère pour le Mali

Après une brillante participation au DNI, ADP-Maliba a logiquement signé l’accord politique de gouvernance, qui scelle son engagement dans la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue national inclusif (DNI). Pour le parti de la Balance, il s’agit de prendre ses responsabilités vis-à-vis du Mali, embourbé dans une crise multidimensionnelle depuis 2012.

A l’issue de la cérémonie de signature avec le Premier ministre Boubou Cissé, ADP-Maliba a déclaré que « Le rapport final du DNI détaillant les axes prioritaires jette les bases d’une nouvelle ère pour notre pays. Pour le parti d’Aliou Diallo, du respect des recommandations du DNI dépend « la survie de notre Nation ». Les quatre résolutions prises sont les suivantes : l’organisation des élections législatives avant le 02 mai 2020 ; l’organisation d’un référendum pour la révision de la constitution du 25 février 1992 ; le redéploiement immédiat des forces armées et de sécurité reconstituées sur l’ensemble du territoire, et la relecture de certaines dispositions de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale selon son article 65.

En attendant le plan Marshall d’Aliou Diallo

L’application de ces recommandations ne va peut-être pas résoudre les problèmes du Mali comme une baguette magique. Mais elle va contribuer à les diminuer. Et c’est justement ce que recherche ADP-Maliba. En attendant, son président-fondateur Aliou Diallo continue de vendre son plan Marshall pour le Mali. Ce programme ambitieux propose une série de mesures dans tous les secteurs socio-politiques du Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.