Une mairie obligée de servir des menus halal

Alors que la mairie de Chalon-sur-Saône avait décidé d’en finir avec les repas de substitution pour certaines religions à la cantine, le tribunal lui impose d’en servir.

Les repas halal et les fameux menus de substitution sont à l’origine d’une importante polémique sur la laïcité, le rôle de l’école et l’intégration dans la république.

Ainsi, pour répondre au problème, le maire de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, dans la région Bourgogne-Franche-Comté, Gilles Platret, avait mis en place, dès 2015, la fin des menus de substitution.

Une démarche censée promouvoir la laïcité, l’égalité et mettre de coté les différences à l’école, selon le politicien.

Mais également une mesure «illégale» et «discriminante», représentant une «violation de la liberté de conscience et de culte», selon la Ligue de Défense judiciaire musulmane (LDJM) qui a porté l’affaire devant les tribunaux.

Au final, le tribunal administratif de Dijon a donné raison à cette association islamique, lundi 28 août, en interdisant la mise en place de la mesure de la mairie, et donc, en obligeant les écoles à proposer des menus halal aux enfants…

Une décision qui ne manquera pas d’être commentée..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.