Les Fêtes de Bayonne seront désormais payantes

Chaque année, des milliers de personnes se retrouvent dans le sud-Ouest de la France afin de profiter des festivités de l’été, notamment des nombreuses férias organisées. Mais cette année, les Fêtes de Bayonne se présentent sous un nouveau jour : elles deviennent payantes à compter de cet été.

Une institution bayonnaise

Les premières fêtes de Bayonne ont été officiellement déclarées ouvertes le mercredi 13 juillet 1932 et ne se sont interrompues que pendant les années de guerre de 1940 à 1944. Depuis 1947, le maire confie à ses habitants les trois clés de la ville. Elles sont jetées du balcon de la mairie par des invités vedettes. Trois clefs pour trois quartiers de la ville : Grand-Bayonne, Petit-Bayonne et Saint-Esprit.

Des animations pour tous

Au fil des années, diverses animations sont venues s’ajouter aux nombreuses coutumes liées aux Fêtes. Certaines indétrônables, comme les courses de vaches, sur une place au coeur du Petit-Bayonne, font depuis toujours la joie de tous. Aujourd’hui, quatre courses de vaches ont lieu chaque année, dont une au succès populaire grandissant, en matinée. Depuis l’ouverture des fêtes un tournoi de pelote avec les plus grands champions de pelote à main nue, prend place au Trinquet Moderne. La corrida, qui fait partie intégrante de la culture bayonnaise, accompagne ces fêtes depuis 1933. Le corso lumineux, défilé de chars décorés, attire plus de 350 000 personnes et a fait rêver des générations entières.

Cette année, les Fêtes de Bayonne se dérouleront du 25 juillet au 29 juillet prochains.

L’accès ne sera plus gratuit !

Le maire de la ville basque a annoncé que les non-résidents devront s’acquitter d’un pass de 7 ou 8 euros pour accéder à une partie des festivités, en juillet prochain. Les célèbres Fêtes coûtent 2,1 millions d’euros chaque année, dont 1,5 million pris en charge par la municipalité.

Le “budget annexe des fêtes traditionnelles et de la temporada” a été arrêté à 3,54 millions d’euros (à peine plus qu’en 2017), dont 1,2 pour les seuls événements taurins. Et avec les droits de place, participations et parrainages, il resterait 1,4 million à assumer par la commune. Les 50.000 Bayonnais et les contribuables ne peuvent continuer seuls à prendre en charge ces frais”, assure le maire, Jean-René Etchegaray.

Depuis l’attentat de Nice en juillet 2016, la ville de Bayonne s’est dotée d’un important dispositif de sécurité. “Des fêtes pérennes sont forcément des fêtes sécurisées”, explique monsieur Etchegaray.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.