Puy-de-Dôme : La fromagerie incriminée après l’intoxication d’une rivière plaide l’accident

Poissons morts par intoxication

Dans le Puy-de-Dôme, la Compagnie des Fromages et RichesMonts, incriminée après la pollution d’une rivière fin mars, a plaidé l’« accident » ce vendredi. Selon elle, cette malencontreuse pollution de la rivière Couze-Pavin serait due à une opération de maintenance de l’usine.

Mort des poissons et forte odeur

Dans le Puy-de-Dôme, la Compagnie des Fromages et RichesMonts, incriminée après la pollution d’une rivière en fin mars, a plaidé un « accident » ce vendredi. D’après elle, l’intoxication de la rivière Couze-Pavin au niveau de Saint-Floret serait liée à une opération de maintenance de l’usine.

Le 30 mars dernier, un garde-pêche avait rapporté une forte mortalité des poissons dans la Couze-Pavin, un cours d’eau du Puy-de-Dôme. Il avait aussi noté qu’une odeur « ressemblant à du chlore » se dégageait de la rivière. Alertée, la gendarmerie s’était rendue sur les lieux pour constater les faits.

Une possible « défaillance du réseau » 

Grâce à leurs investigations, les gendarmes ont réussi à établir un lien avec les activités de la fromagerie de Besse-et-Saint-Anastaise. Les cuves de cette usine ayant été nettoyées le 29 mars avec des « produits à base de chlore ». Interrogé, les responsables de la fromagerie avaient pointé du doigt une possible « défaillance du réseau » des eaux usées du site. Ils ont reconnu qu’« À la suite d’un arrêt pour maintenance du site de Besse-et-Sainte-Anastaise, la reprise de l’activité de la fromagerie a engendré une pollution accidentelle de la rivière Couze-Pavin, du fait d’un déversement des eaux usées dans les eaux pluviales ».

Le problème réglé depuis le 1er avril

Le directeur de la Compagnie des Fromages et RichesMonts, Jean-Michel Page, a ensuite présenté ses excuses pour les dégâts causés : « Nous déplorons cet accident et présentons toutes nos excuses aux riverains et à toutes les personnes concernées par cette pollution accidentelle », a-t-il dit. Puis d’indiquer que « tout est mis en œuvre pour identifier l’origine de l’incident, y apporter les actions correctives et prévenir les autorités administratives des faits ». Mieux, Michel Page assure que cette pollution était « enrayée depuis le 1er avril ».

Inspections et mise en demeure du site

Une expertise pour détecter l’origine de la fuite a été annoncée par la gendarmerie nationale. En attendant les résultats de cette expertise, la sortie des eaux pluviales de l’usine a été bouchée avec du béton. En outre, la Compagnie des Fromages et RichesMonts a fait l’objet de plusieurs inspections de la direction départementale de protection des populations et de l’agence française de biodiversité. Enfin, un arrêté préfectoral de mise en demeure a été pris pour obliger le site à mettre en place des actions urgentes permettant d’éviter toute nouvelle pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.