Lille : un banc d’eau pour une ville plus verte

Un dessin du banc d'eau du collectif St Michel en transition à Lille.

 

A Lille, un collectif d’habitants du quartier Saint-Michel a présenté un projet totalement innovant dans le cadre de la deuxième édition du budget participatif. Il s’agit d’un banc d’eau, autrement dit une pièce de mobilier urbain qui servirait à la fois de banc public et de récupérateur d’eau de pluie.

Mi-février, 18 projets innovants ont été retenus dans le cadre du second budget participatif de la ville de Lille. Parmi eux, le « banc d’eau », porté par le collectif St Michel en transition. Il s’agit d’une pièce de mobilier urbain qui servirait à la fois de banc public et de récupérateur d’eau de pluie.

L’eau de pluie pas encore suffisamment utilisée

Le collectif St Michel en transition est parti du constat que dans le nord, il pleut beaucoup, alors que les gazons grillent, les plantes sèchent, les feuilles jaunissent avant l’automne. Or les eaux de pluie finissent généralement dans les égouts et grossissent inutilement le volume des eaux à traiter.

Pour mettre fin à  ce gâchis, « On a testé plusieurs solutions, comme rapporter de l’eau de chez nous, mais ce n’était pas viable », explique Jean-Damien Guilloy, membre du collectif St Michel en transition, au site 20 Minutes. Finalement, la conception d’un banc d’eau a fait tilt dans les têtes. « On ne se voyait pas installer de gros bacs de récupération d’eau de pluie sur l’espace public. Alors on a eu l’idée de les intégrer comme du mobilier urbain sous la forme de bancs », poursuit Jean-Damien Guilloy.

40.000 euros pour la mise en place du projet

Mais donner vie à son mobilier urbain, le collectif a sollicité des experts, notamment un ingénieur et un architecte. Ces derniers ont effectué des recherches qui ont abouti à un prototype qui colle parfaitement avec le leitmotiv du collectif qui est « écologie et convivialité ». « Nous ne voulons pas d’un simple banc avec un bac récupérateur. Il faut que l’objet soit joli, utile et ludique », insiste le porteur du projet.

Le collectif St Michel en transition a reçu 40.000 euros du budget participatif pour lancer la conception finale du banc d’eau. Cette phase sera confiée à un designer local. « Ce montant devrait nous permettre de réaliser un prototype, de le tester pendant un an et même de procéder à d’éventuelles modifications », détaille Jean-Damien Guilloy.

« Nous avons déjà repéré des lieux propices dans le centre-ville »

Si cette phase d’expérimentation est convaincante, la municipalité étudiera la possibilité d’en installer en ville. Selon le collectif St Michel en transition, l’implantation du banc d’eau peut se faire dans toute la ville. « Il faut un bâtiment public et ses gouttières, des plantes à arroser à proximité, et un trottoir assez large », explique-t-il. Et de préciser : « Nous avons déjà repéré des lieux propices dans le centre-ville ». Reste à savoir s’ils conviendront à la mairie.

En 2019, lors de la première édition du budget participatif, le collectif St Michel en transition avait déjà été lauréat grâce à son projet de transformer le rond-point de la place Philippe-Lebon en jardin à cultiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.