Angers : un jeune footballeur reçoit une suspension de douze ans pour avoir frappé un arbitre

Un joueur de 17 ans du club amateur de la Vaillante d'Angers (Maine-et-Loire) a reçu une suspension de 12 ans pour avoir agressé l'arbitre lors d’un match qui remonte au mois de février 2020.

 

Un joueur de 17 ans du club amateur de la Vaillante d’Angers (Maine-et-Loire) a reçu une suspension de 12 ans pour avoir agressé l’arbitre lors d’un match qui remonte au mois de février. Il ne devrait plus pouvoir rejouer au football sous licence.

Les instances du football, même dans le monde amateur, deviennent de plus en plus intransigeantes dans les cas d’agression sur un officiel. La ligue des Pays de la Loire l’a encore démontré cette semaine en infligeant une suspension de 12 ans à un joueur de la Vaillante d’Angers. C’est Ouest France qui rapporte l’histoire. Le jeune footballeur de 17 ans avait agressé l’homme en noir lors d’une rencontre opposant son club à celui de Le Mans Villaret AS au mois de février, dans le cadre du championnat régional U18.

Il a frappé l’arbitre, même au sol

Le samedi 15 février, la formation angevine reçoit le club sarthois de l’AS Villaret sur le terrain de la Grande-Chaussée. C’est un jeune arbitre de 19 ans, Lucas Robin, issu du club de Guécélard (Sarthe), qui prend les rênes de la rencontre. À quatre minutes de la fin du match, et alors que l’équipe mancelle mène au score (1-3), le joueur d’Angers reçoit un premier carton jaune. Il conteste la sanction et menace l’arbitre de le frapper s’il poursuit son geste sur un carton rouge. Une menace mise à exécution quelques instants après alors que le carton est effectivement brandi. Le jeune joueur a d’abord donné un coup de poing au visage de l’arbitre. Une fois ce dernier à terre, il lui assène un coup de pied au ventre. Le match a alors été interrompu.

Déjà suspendu 11 matchs pour des menaces à l’encontre d’un officiel

Une plainte a été déposée par la suite à l’encontre du joueur de la Vaillante. Celui-ci a été interpellé et placé en garde à vue par la police. Le jeune footballeur n’a pas pu expliquer son comportement lors de l’audience et n’a pas osé présenter des excuses. D’où une sanction exemplaire de douze ans. Cette sanction exceptionnelle s’explique aussi par le passé du jeune homme, déjà suspendu 11 matchs quelques mois plus tôt pour des menaces à l’encontre d’un officiel. Il ne devrait plus pouvoir rejouer au football sous licence.

Lucas Robin a été très choqué par cette agression qui lui a valu six jours d’ITT. « C’est la quatrième saison que j’arbitre, expliquait-il, et je ressens de plus en plus de tensions sur les terrains. Je ne sais pas ce qui s’est passé dans la tête de mon agresseur car les autres joueurs m’ont assuré que je faisais un bon match ». Après l’agression, le président de la Ligue des Pays de la Loire, Gérard Loison, et le comité directeur ont apporté « tout leur soutien » au jeune arbitre.

De nombreuses incivilités dans les divisions régionales

C’est dans les catégories de jeunes au plus haut niveau régional que se manifestent le plus les incivilités. Les instances du football sont donc particulièrement sévères à cet échelon, conformément aux règles. Selon la loi de 2006, « les arbitres et juges sont considérés comme chargés d’une mission de service public » et « les atteintes dont ils peuvent être les victimes dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leur mission sont réprimés par des peines aggravées prévues par ces articles ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.