Bourges : des ouvriers découvrent un témoignage historique de l’entre-deux-guerres dans le mur d’une maison

Un ouvrier renovant une maison.

 

Lors de travaux de rénovation au domicile d’un couple de Bourges (Cher), des ouvriers ont découvert dans un mur le témoignage d’un jeune Berruyer datant de 1937. L’auteur y décrit le contexte social et politique de l’époque en s’adressant directement au lecteur.

Des artisans ont récemment découvert un témoignage historique en rénovant une vieille maison située dans le centre de Bourges (Cher), dans la rue du Secrétain, rapporte Le Berry Républicain. Il s’agit d’un manuscrit enfoui dans une bouteille et composé de cinq doubles pages, visiblement issues d’un cahier d’écolier à carreaux. Ces lignes ont été rédigées par un certain L. Massé le 30 mars 1937.

Un document signé par quatre personnes

L’auteur explique cet anonymat par le fait qu’il est issu d’une famille de « Français moyens » non destinée à laisser la moindre trace dans l’histoire. S’adresse directement à celui qui trouvera la bouteille et lira ses lignes, il précise que c’est à la demande de son père qu’il compose ce document, qui sera enfermé dans un mur de séparation afin qu’il puisse défier les siècles.

Afin de prouver la véracité de ses dires, le document a été signé par quatre autres personnes : ses parents, son oncle et sa cousine. Le Berruyer évoque dans son manuscrit la géographie de la France, la Grande Guerre, l’après-guerre avec des sous-parties dédiées aux malaises politique puis social et à la crise économique de 1929, l’état de la France en cette période troublée et la menace qui pèse en Europe avec la montée du fascisme.

Les propriétaires vont pérenniser la transmission de l’héritage

Il demande ensuite de manière surprenante à son lecteur de se montrer indulgent et de se garder de le traiter d’arriéré puisqu’une époque viendra où, lui aussi sera le passé ! Il conclut son livre par cette phrase en latin : Hodie mihi, cras tibi (« Moi aujourd’hui, toi demain »). Les propriétaires de la maison, dans laquelle ce témoignage a été découvert, ont l’intention de conserver précieusement le manuscrit. Ils aimeraient même pérenniser sa transmission en le ré-enfouissant voire en ajoutant un mot dans un nouveau contenant afin d’enrichir ce petit trésor berruyer.

Un texte commémoratif ancien déjà trouvé en ce lieu

Ce n’est pas la première découverte faite dans cette maison depuis le début de la rénovation. Au fond du jardin, les travaux avaient déjà mis au jour un texte commémoratif gravé dans la pierre, souligne Le Berry Républicain. Il indiquait qu’ici se dressait le monastère de Notre-Dame de la Visitation, dit de Saint-François. Érigé au XVIIe siècle, l’établissement religieux a été vendu comme bien national lors de la Révolution puis a été en grande partie démoli par les propriétaires successifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.