5G : Rennes et Brest pas concernées pour l’instant

Devant l'opéra de Rennes.

 

Stéphane Richard, le PDG d’Orange, a annoncé mercredi une première liste de quinze villes qui bénéficieront de la 5G dès le 3 décembre. Ni Rennes ni Brest n’en font partie. La capitale de Bretagne lance d’ailleurs ce jeudi son débat citoyen sur cette technologie.

La 5G pas avant mars 2021 à Rennes ?

Alors que la 5G commence à se déployer dans toute la France, Rennes devra attendre. La faute à la majorité écologiste de la Ville, qui a réclamé un moratoire et une consultation citoyenne sur cette technologie dès ce jeudi 26 novembre 2020. Les débats se dérouleront sur la plateforme Fabrique citoyenne, qui accueillera un espace de questions et un espace de contributions autour des enjeux soulevés par le sujet. Il s’agira, pour les citoyens, d’évaluer les opportunités en termes d’économie et d’emploi, mais aussi les craintes soulevées par la 5G sur l’énergie et l’environnement, la santé et le cadre de vie, ainsi que la sécurité et l’éthique.

Des experts se pencheront ensuite sur ces questions et réponses lors d’ateliers thématiques de la mission 5G. Une synthèse des contributions se fera avant la rédaction de l’avis de la mission 5G. Cet avis sera présenté en conseil municipal le 29 mars 2021…Une perspective qui déstabilise le milieu des affaires qui voit dans la 5G un formidable outil de développement économique mais aussi écologique.

« Nous ne lancerons pas la 5G dans les villes qui ont voté un moratoire »

Stéphane Richard, le PDG d’Orange, devrait annoncer officiellement le calendrier de lancement de la 5G en France ce jeudi. Rennes ne figurera certainement pas sur la première liste. « Nous ne lancerons pas la 5G dans les villes qui ont voté un moratoire. Nous ne voulons pas passer en force et privilégions le dialogue et la conviction. Nous ne souhaitons pas rentrer dans une course à l’échalote », a déjà expliqué le dirigeant. Il sera d’ailleurs présent ce soir à Rennes pour une première table-ronde prévue dans l’étude d’impact. « On aura toute notre place à cette discussion sans qu’il y ait un rapport de force avec les collectivités. Il n’y aura pas de villes 5G et de villes sans 5G. Elle arrivera partout mais dans un esprit de responsabilité. », a-t-il indiqué.

Les autres opérateurs seront-ils aussi fair-play ?

Pierre Jacobs, patron d’Orange de la région Bretagne, on se veut plus incisif : « Ce ne sont pas les collectivités qui décident du déploiement des technologies 5G. Quand nous jugerons que ce sera le moment d’ouvrir, nous le ferons. Dans les prochaines semaines, les prochains mois… », a-t-il déclaré. Effectivement, les opérateurs n’ont pas l’obligation de s’en tenir à la position des collectivités, mais leurs avis sont essentiels. Orange pourrait en tout cas passer outre les « convenances » si la concurrence débarquait sans crier gare. L’on pense notamment aux opérateurs Bouygues et Free peu regardants sur ces questions. Quant à SFR, il semble s’aligner sur la décision d’Orange. « On respecte le débat et on souscrit à ce dialogue à Rennes et Nantes », indique Franck Coudrieau, délégué régional Ouest de SFR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.