Régionales : la campagne d’Audrey Pulvar bat de l’aile

La candidate socialiste à la présidence de la région Île-de-France va de déconvenue en déconvenue dans sa campagne électorale. Au risque de frôler le fiasco lors de l’échéance de juin.

Dure entrée en matière pour Audrey Pulvar. L’ancienne journaliste investie candidate par les socialistes pour les élections régionales en Île-de-France traverse une période difficile. L’adjointe à la mairie de Paris déjà embourbée dans de nombreuses polémiques, a enregistré la semaine écoulée, un nouveau revers. Cette fois, de la part d’un membre de son équipe. En l’occurrence, Bertrand Kern. Désigné quelques jours plus tôt chef de file d’Île-de-France en commun – la liste d’Audrey Pulvar – en Seine-Saint-Denis, le maire de Pantin a tout bonnement décidé de jeter l’éponge mercredi dernier. En pleine campagne électorale et via un sms, selon une information du Figaro. Raison évoquée : le défaut d’union entre les personnalités de gauche en lice dans la région francilienne.

Un revers de plus

Pour Audrey Pulvar qui a dû parer au plus pressé en désignant une nouvelle tête de liste à Seine-Saint-Denis, la défection de Bertrand Kern est un coup dur. Un de plus dans cette épopée électorale des régionales décidément parsemée d’embûches pour l’ancienne présidente de la fondation Nicolas Hulot. La campagne électorale n’avait même pas encore débuté quand elle s’était retrouvée mêlée à une polémique en février dernier à travers des accusations d’inceste concernant son défunt père.

Sitôt cet épisode passé, Audrey Pulvar tombait dans une autre polémique. Cette fois à propos des réunions non-mixtes de l’Unef. Son approbation de ces rencontres organisées par le syndicat étudiant a embarrassé plus d’un dans son entourage. Notamment la maire de Paris, Anne Hidalgo, dont elle était la protégée. Mais depuis, les relations entre les deux semblent dégradées. Au point que l’édile de la capitale a un temps cherché à la remplacer comme candidate, selon Libération.

L’opinion peu séduite

Dans l’opinion, la figure de la candidate ne séduit pas non plus les foules. Les derniers sondages la créditent au mieux de 10 % des intentions de vote au premier tour, loin derrière Valérie Pécresse, la grande favorite. La multiplicité des candidatures de gauche en Île-de-France y est certainement pour quelque chose. Mais ce n’est pas la seule raison à ce décrochage dans l’opinion. Selon certains observateurs, Audrey Pulvar pâtit des nombreuses polémiques nées de sa campagne électorale. Des polémiques qui ont fini par jeter le voile sur ses propositions électorales à l’endroit des Franciliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.