Présidentielle : les Parisiens pas franchement emballés par la candidature d’Anne Hidalgo

L’élue socialiste officiellement en lice pour l’Élysée ne fait pas lever les foules à Paris pour l’instant. En cause, son bilan très critiqué à la tête de la mairie de la capitale.

Anne Hidalgo devra batailler dur sur la route de la présidence de la République. La candidate déclarée dont l’adoubement par le Parti socialiste (PS) n’est pas évident doit également convaincre les citoyens de sa ville. Car elle est pour l’heure, encore loin de susciter leur adhésion. Au contraire, le désamour entre les deux semble bien marquer. Un tour effectué par Le Parisien dans certains quartiers franciliens permet de s’en rendre compte.

Parmi les reproches adressés à Anne Hidalgo, un élément revient particulièrement dans tous les discours : sa gestion de la mairie de Paris. L’édile en fonction depuis 2016 voit souvent son bilan brocardé. Selon d’aucuns, l’ancienne adjointe de Bertrand Delanoë aurait échoué à diriger la ville. L’insalubrité est notamment indexée comme étant un des points noirs de son bilan. Comme pour donner un écho à la campagne citoyenne #SaccageParis destinée à révéler la malpropreté de la ville lancée sur Twitter en avril dernier et dont l’impact a traversé l’hexagone.

Rares soutiens

Pour ses détracteurs, Anne Hidalgo qui n’a fait que défigurer Paris n’aurait pas l’étoffe pour présider à la tête de l’État, malgré sa fibre écologiste. Cette relation à l’écologie est pourtant bien vue de certaines Parisiennes. Ces derniers enthousiastes à l’idée de la voir se lancer à la conquête de l’Élysée, saluent ses nombreuses initiatives destinées à faire de la capitale française un endroit plus respirable et en harmonie avec l’environnement. C’est le cas des adeptes du vélo et de la marche pour lesquels l’édile a beaucoup œuvré à travers les pistes cyclables et autres aménagements, au risque de provoquer l’ire de ceux qui roulent à voiture.

Ces soutiens suffiront-ils ? Rien n’est moins sûr. L’avis général de Paris à propos de la candidature d’Anne Hidalgo témoigne en tout cas de l’immensité de la tâche de la femme politique sexagénaire qui, faut-il le rappeler, a quand même réussi à se faire réélire lors des municipales de 2020 malgré les critiques déjà fortes autour de son bilan de maire. Reste qu’une élection présidentielle répond à un enjeu de tout autre niveau. Et qu’au plan national, sa candidature ne porte pas (pour l’instant ?). Les plus optimistes sondages ne la créditent que de 9 % d’intentions de vote.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.