Du gangstérisme dans la section féminine du PSG ?

L’équipe de football féminine de Paris est au centre d’une affaire ubuesque impliquant deux de ses joueuses, mais dont les ramifications restent encore inconnues.

Est-ce de la jalousie ? Un règlement de compte ? Ou une rivalité si intense qu’elle a fini par déborder du cadre sportif ? Quoi qu’il en soit, de tels actes n’ont rien à faire dans le domaine du sport où seule la loi du mérite devrait prévaloir.

L’affaire en question se déroule au sein du PSG féminine et met principalement aux prises deux joueuses : Kheira Hamraoui et Aminata Diallo, toutes deux milieux défensifs. Après un dîner organisé par leur dirigeant au soir du 4 novembre en présence de tout le club dans un restaurant de la ville, les deux joueuses résidentes dans les Yvelines décident de rentrer ensemble en compagnie de Sakina Karchaoui, une autre coéquipière déposée chez elle en premier.

Scénario hollywoodien

Alors que le véhicule conduit par Diallo progresse vers le domicile de Hamraoui, deux hommes encagoulés surgissent et font descendre les deux occupantes. Hamraoui est rouée de coups dans les jambes avec un bar de fer alors que son amie est empêchée d’intervenir par l’un des agresseurs. La victime conduite à l’hôpital s’en sort avec des points de suture aux bras et la jambe notamment. Conséquence, elle rate le match de Ligue des champions du lendemain entre son équipe et le Real Madrid. Le PSG qui avait alors justifié cette absence par des « raisons personnelles », la remplace dans le onze de départ par… Aminata Diallo.

Une semaine plus tard, cette dernière est interpellée, ce mercredi 10 novembre par la police judiciaire dans le cadre de l’enquête sur l’agression de sa coéquipière. Les officiers de Versailles qui ont depuis prolongé sa garde-à-vue de 24h tentent désormais de déterminer son implication dans l’incident qu’une source refuse auprès de l’Équipe, de qualifier de crapuleux. Car rien n’a été dérobé aux joueuses par les agresseurs.

Attaque préméditée ?

À vrai dire, la piste d’une attaque préméditée serait actuellement privilégiée par l’enquête, à en croire des informations abondamment diffusées dans la presse depuis l’interpellation d’Aminata Diallo qui nie toute implication dans l’incident. L’Équipe indique pourtant qu’un homme détenu à la prison de Lyon-Corbas et soupçonné d’avoir menacé plusieurs joueuses du club francilien des jours avant l’agression a été identifié.

Kheira Hamraoui et Aminata Diallo sont décrites par des sources au sein du PSG comme de bonnes amies. La première, 31 ans, est une pièce maîtresse du club depuis son retour cet été après un passage au FC Barcelone. Quant à la seconde, 26 ans, elle cherche à faire son trou à Paris après des prêts consécutifs à Utah Royals et à Atletico Madrid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.