Lille ouvre grand ses portes aux Ukrainiens

La ville du nord de la France a fait savoir par l’intermédiaire de son édile, Martine Aubry, qu’elle était disposée à offrir son hospitalité aux personnes venues d’Ukraine après l’invasion de leur pays par la Russie.

Bienvenue à Lille ! Voilà le message qu’on pourrait afficher aux portes de la ville du nord de la France spécialement à destination des personnes en provenance d’Ukraine. La maire Martine Aubry a fait savoir samedi 26 février sur France Inter qu’elle était prête à accueillir des réfugiés venus de ce pays de l’Est de l’Europe.

Ce dernier fait en effet depuis jeudi 24 février, l’objet d’un assaut militaire de la part de son voisin russe. Sous l’impulsion de son président Vladimir Poutine et sur fond de conflit géopolitique avec l’OTAN, la Russie procède de fait au bombardement du territoire ukrainien dont les habitants sont carrément assimilés à des nazis.

Déplacés

Conséquence, des milliers d’Ukrainiens se trouvent contraints de fuir de chez eux afin d’échapper aux combats. Une situation déjà responsable selon le haut-commissaire de l’ONU aux réfugiés Filippo Grandi ce lundi, du déplacement de 500 000 personnes au moins, principalement vers des pays limitrophes, dont la Pologne.

C’est dans ce cadre que Martine Aubry a lancé un appel à ses administrés, priés d’accueillir à leur domicile des réfugiés ukrainiens, dans la mesure du possible. Officiellement, la ville de Lille dispose de 250 places susceptibles de servir à héberger ceux qui en ont besoin, selon l’élue socialiste. Il s’agirait à en croire la maire, d’éviter une catastrophe humanitaire à un peuple européen, bien que non comptant parmi les Vingt-Sept.

Enjeu national

D’ailleurs, la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a aussi déclaré ce lundi que l’Ukraine faisait partie de l’Europe, en réaction à la demande d’intégration express de l’UE formulée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky quelques heures plus tôt. Il reste toutefois à formaliser les choses si tant est que Bruxelles souhaite effectivement s’ouvrir à ce nouveau membre.

En attendant, la situation des réfugiés ukrainiens risque de se muer en débat national en France alors que les candidats à la présidentielle sont dans le branle-bas de combat. À l’instar de Lille, d’autres localités comme Bordeaux et Lyon se sont dites favorables à leur accueil, dans le sillage du gouvernement français. Mais pas Eric Zemmour. Le candidat d’extrême droit préfère plutôt aider les États voisins de Kiev dans cette démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.