Diamants : une croissance sans interruption pour De Beers

Une bague sertie de diamants

 

La compagnie sud-africaine De Beers a annoncé cette semaine que ses ventes de diamants ont atteint 650 millions de dollars pour le second cycle de 2022. Ce montant représente une hausse de 18 % par rapport au chiffre d’affaires de la même période en 2021. Le groupe explique cette performance par la mise en œuvre d’une approche plus flexible de ses ventes brutes et par une augmentation de ses prix de 4 à 5 %.

La plus grosse vente depuis 2018

Dans un communiqué publié le mercredi 9 mars 2022, le groupe De Beers a annoncé que ses ventes de diamants ont atteint 650 millions de dollars pour le second cycle de 2022, c’est-à-dire dans la période du lundi 21 février au mardi 8 mars. Ce résultat est en baisse de 10 millions de dollars par rapport au premier cycle de 2022, généralement le meilleur de la saison après une fête de Noël positive. Mais il est en hausse de 100 millions de dollars en glissement annuel. Par ailleurs, ce chiffre d’affaires est le meilleur résultat mensuel depuis janvier 2018, lorsque les recettes se sont élevées à 672 millions de dollars.

Une performance malgré la crise sanitaire

« Le deuxième cycle de vente de l’année a vu la poursuite d’une demande robuste de diamants bruts, soutenue par un sentiment positif soutenu des consommateurs », a expliqué Bruce Cleaver, PDG de De Beers, filiale du groupe Anglo American. Le dirigeant britannique pense aussi que ces résultats sont dus à la forte demande à l’approche du Nouvel An chinois et de la Saint-Valentin.

En outre, il met en avant la mise en œuvre d’une approche plus flexible des ventes brutes, après de sévères restrictions pendant les confinements. Enfin, Bruce Cleaver précise que la performance du second cycle repose sur une augmentation des prix de 4 à 5 % en réponse à l’amélioration de l’équilibre entre l’offre et la demande. Cette majoration est moindre que celle d’autres leaders du secteur diamantaire comme Alrosa, qui a proposé des augmentations de 6 à 7%.

Bruce Cleaver optimiste sur l’avenir des diamants naturels

En décembre dernier, De Beers a récolté seulement 332 millions de dollars pour la dixième et dernière session de ventes de diamants bruts pour 2021. Le chiffre d’affaires total de cette année-là s’est établi à 4,82 milliards de dollars. Un montant que le groupe entend dépasser en 2022, malgré la conjoncture, notamment la crise en Ukraine.

Lors de la cinquième édition du Dubai Diamond Conference, organisée le 21 février 2022, le PDG de De Beers avait déclaré que l’offre des diamants naturels restera stable au cours des prochaines décennies et que ce secteur devrait enregistrer une croissance décente à moyen et long terme. Il a également annoncé que son conglomérat relancera bientôt son exploration de diamants sur ces marchés habituels (Botswana, Afrique du Sud, Namibie et Canada), mais également sur de nouveaux territoires comme les fonds marins au large du Groenland.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.