Chômage partiel : des escrocs ont en profité pour détourner des millions

Les autorités ont récemment découvert des réseaux qui seraient responsables d’une fraude au chômage partiel.  

Depuis le mois de mars et pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire du Covid-19, l’Etat a mis en place un plan d’aide pour soulever l’économie et protéger les entreprises de la chute. Il s’agit principalement du chômage partiel ouvert à tout type d’entreprise et de commerce. Cependant, le versement de cette aide n’a pas été soumis à un contrôle régulier. Des fraudes ont donc eu lieu, les autorités ont récemment découvert plusieurs escrocs et même un réseau purement professionnel qui a détourné des millions d’euros à l’étranger.

D’après les chiffres du ministère de l’Economie et des Finances, la fraude a été estimée à 200 millions d’euros de pertes pour la France, et cela sur un total de 30 milliards d’euros versés pour le chômage partiel. Environ 182 millions d’euros ont été extorqués par un réseau qui n’est pas inconnu des autorités. “Nous avons affaire aux mêmes équipes et aux mêmes modes opératoires que ceux que nous connaissons depuis dix ans”, a indiqué le procureur de Paris, Rémy Heitz.

Ainsi, des patrons d’entreprises ont fait travailler leurs salariés qui étaient au même temps placés au chômage partiel, ce qui est complètement illégal. “L’entreprise ne peut pas demander à un salarié placé en chômage partiel de travailler en même temps, y compris en télétravail : c’est illégal et sanctionné. Si votre employeur vous déclare au chômage partiel, c’est qu’il n’y a plus d’activité. Votre rémunération est payée par la solidarité nationale. Il ne peut pas cumuler les deux”, avait déclaré Muriel Pénicaud, alors ministre du Travail.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.